03/11/2006

C'est plus de la langue de bois, c'est de la langue de Formica...

riziereLe directeur du CNCD (vous savez, le célèbre onze onze onze) était interviewé ce midi en vue de la prochaine campagne, et justement, il en parlait des campagnes, de celles qui produisent de la nourriture, et qui en produisent bien peu pour ceux qui y travaillent - je ne sais pas si vous voyez ce que je veux dire, c'est pourtant simple : les paysans des pays pauvres sont encore plus pauvres que les autres. Cruel paradoxe, et effectivement assez scandaleux. Mais pourquoi fallait-il que, non content d'utiliser cette misérable dichotomie Nord/Sud ("les pays du Sud"), le bonhomme utilise la bonne vieille attaque devenue maintenant traditionnelle - non seulement chez les gens "de gôche" mais aussi dans toute ONG ou dans tout mouvement platement caritatif - contre la "libéralisation mondiale".Non, non, pas contre l'ultralibéralisme, ou les excès du néolibéralisme ; la libéralisation, point. Or, ce monsieur n'est certes pas un idiot, il doit bien savoir que les pays pauvres se battent à l'OMC pour obtenir justement que les USA et l'Europe ouvrent leurs frontières, donc pour plus de libéralisme... On sait aussi que la question est assez controversée sur l'ampleur des bénéfices à attendre d'une telle ouverture hypothétique et très improbable ; mais il est certain que le protectionnisme vigoureux des deux larrons précités est un très mauvais remède à la malnutrition des paysans pauvres.
Mais voilà , c'est comme le bac chez Flaubert : "Libéralisme : tonner contre".

14:43 Écrit par dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

En France, "libéralisme" est un gros mot... De même que "concurrence libre et non faussée". Il va falloir trouver des périphrases.

Écrit par : melchior griset-labûche | 04/11/2006

Oui, oui, je sais, et je le regrette... A propos, le 'manu' est un véritable troll...

Écrit par : cdc | 17/11/2006

Les commentaires sont fermés.